Il Desiderata

Il Desiderata

Notre voyage est en évolution constante. Il mute en fonction des rencontres et des expériences. C’est ainsi que nous avons décidé de changer notre mode de transport encore une fois !
Après quatre mois à vélos, un peu d’auto-stop et pas mal de trains, bus, nous passons à la vanlife ! Mais attention, nous n’avons pas pour habitude de faire au plus simple…
Nous sommes en Sicile mais pour avoir un véhicule, il faut l’immatriculer en Suisse… Or, revenir en arrière pour faire un nouveau tour à la case départ ne nous parait pas une bonne option. Car avec le covid, l’on n’est jamais sûr de pouvoir repartir.

“Il Desirare” avec l’Etna

Nous avons donc décidé de suivre les préconisations sanitaires et tout faire à distance… Depuis Panarea (encore et toujours !), nous avons repéré une chouette occasion, nous l’avons faite tester par la famille, puis… on l’a achetée !
Alors qu’est-ce qu’on a dégoté comme voiture ? On cherchait un utilitaire à aménager, mais le problème c’est que c’est un marché presque 100% diesel et le diesel… on n’en voulait pas ! Nous avons trop mangé de CO2 à vélo et nous essayons toujours d’avoir l’empreinte carbone la plus faible possible. Nous cherchions donc un véhicule…. au gaz naturel (ce n’est pas du GPL). Cela limite très fortement les choix et nous avons opté pour un VW Caddy !
Il a une autonomie au gaz de 400-450km et encore un petit réservoir essence ajoutant une centaine de km. Cela permet de voyager de manière relativement écologique et économique (5€/100km).
Bon, on a un véhicule, il est vers Lausanne en Suisse et nous en Sicile… nous avons donc trouvé un ami souhaitant nous rejoindre avec ce fameux véhicule ! Cependant, notre ami n’avait pas de permis de conduire et devait trouver un autre ami ayant un permis afin de l’accompagner et nous rejoindre. L’ami de l’ami a perdu provisoirement son permis et le plan tombe à l’eau! Est-ce que nous vous avons perdu? Non ? Tant mieux. Suite à cet épisode, une autre amie s’est portée volontaire. Notre chère amie vient d’avoir son permis de conduire suisse, elle-même est Anglaise. La perspective de la voir sillonner les rues de Palerme parmi tous les cinglés de la routes ne nous enchante guère, tel TOD entre Bowser et Dong King Kong dans Mario Kart et croyez-nous, sur les routes sicilienne, la gauche et la droite n’a pas beaucoup d’importance en priorité. A priori, c’est la priorité au plus pressé et au plus déconcentré. Le stress appartient aux gens pressés. Dès lors, notre amie renonce de venir pour diverses raisons.
En jonglant entre les formalités, les obligations de chacun et les contraintes sanitaires, la quatrième tentative fut la bonne et notre ami voyageur, Jean-Gui se lance dans ce road trip !

Ce que nous avons appris dans cet expérience? La persévérance fini par payer et la patience rime avec résilience. Cette dernière fut la clef du processus. Quand nous pensions qu’il fallait peut-être retourner en Suisse pour récupérer la voiture que nous avons déjà acquis, et bien, patience et la solution nous est parvenue. D’ailleurs, la voiture fut bâtis au nom de “Il Desiderata”, La Désirée.

On se retrouve bientôt pour la suite de nos aventures !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.