Archives de
Étiquette : panarea

Retour sur la grosse île

Retour sur la grosse île

Après deux mois passés sur un caillou de 3,5km2, on s’est dit qu’il était temps de rejoindre la civilisation. Nous sommes donc retournés sur le gros caillou Sicilien pour continuer à l’explorer.

Une première étape à Catagne (grande ville sur la côte est au pied de l’Etna) où on se prend une claque. Passer d’une île où l’on croise 5 personnes dans la journée à cette ville active et bruyante (même si les locaux nous disent qu’elle est extrêmement calme avec le covid). On y trouve encore un peu de cendre dans les rues, car l’Etna est très actif en ce moment. Ici, nous découvrons le projet de Daniele qui a acheté un grand terrain dans le Bollywood catanien (la colline “hype” surplombant Catagne) pour en faire un terrain permacole. Le terrain est agrémenté de quelques ruines. Continuez la lecture

Une île sans eau

Une île sans eau

Les îles éoliennes sont magnifiques et très prisées des touristes mais savez-vous que l’eau douce est importée par bateau ? Et elle n’est même pas potable. Il se passe souvent plusieurs mois, évidemment en été, sans qu’il pleuve. Dès lors comment faire pour avoir un jardin ? Ou encore comment abreuver des animaux ? Nous avons passé plus d’un mois à Villa Libertà sur l’île de Panarea, une petite ferme où différentes techniques sont expérimentées depuis plus de 15 ans. En été ils ont notamment besoin de 80 litres quotidiennement pour éviter la sécheresse et… abreuver trois ânes ! Nous avons découvert comment ils ont mis en place un système de captation d’eau de pluie afin de récupérer plus de 40’000 litres d’eau de pluie et les utiliser durant les mois secs. Nous avons filmé tout ça dans un décors magnifique, on te laisse découvrir tout ça dans notre dernière vidéo (sous-titre en français disponibles) : Continuez la lecture

Confinés sur une île

Confinés sur une île

La pluie frappe aux fenêtres de notre appartement à San Piero Patti, un village vieux de plus de 2000 ans. Ce temps maussade doit nous accompagner un certain temps, ou un temps incertain… Comme ce satané covid qui influence couleurs de notre périple. Jaune, orange, rouge, nos régions changent d’un jour à l’autre, puis stagnent dans une couleur pendant plusieurs semaines sans explications avec son lot de restrictions. Alors qu’il y a une semaine nous pensions encore pouvoir faire un bref séjour sur les îles éoliennes avant de continuer vers l’Albanie, des mesures très contraignantes ont été annoncée jusqu’à la fin du mois probablement. Jusqu’à présent, grâce à nos amis rencontrés au cours du voyage et à la météo, nous ne voyions pas le temps passé, cependant, coincés dans ce village pour une durée indéterminée, tout est plus compliqué. Continuez la lecture